KOSTENLOSER Versand innerhalb Deutschlands ab 100€
Liste de souhaits Compte Panier
Paintball_Sports_Paintball_Onlineshop
 
NIC VA AUX USA
jeudi mai 25, 2023

Nic Rippel est l'un des meilleurs et des plus titrés joueurs de paintball allemands depuis des années. Après être devenu plusieurs fois champion d'Allemagne en DPL avec Frankfurt Syndicate et Breakout Spa, il a été le premier joueur allemand à franchir l'Atlantique pour rejoindre la ligue professionnelle américaine NXL, où il jouera cette année pour l'équipe des Hurricanes de la Nouvelle-Orléans. Nous avons eu l'occasion d'interviewer Nic et de lui parler directement de sa nouvelle équipe, des conditions d'entraînement aux USA et de ses projets pour la saison en cours. Le résultat est un aperçu intéressant des coulisses d’une véritable équipe professionnelle américaine de paintball.

Quiconque joue au paintball en tournoi en Allemagne devrait en fait connaître le nom de Nic Rippel. Dans les ligues inférieures, il est connu comme l'un des paintballeurs allemands les plus célèbres, dans les ligues supérieures comme la Bundeliga, il est connu comme l'un des meilleurs joueurs et des adversaires les plus coriaces à affronter sur le terrain.

Nic joue depuis des années au plus haut niveau allemand et européen. Les étapes de sa carrière assez impressionnante jusqu'à présent se lisent comme le who's who du tournoi de paintball actuel. Comin@Ya, Frankfurt Syndicate, Breakout Spa et l'équipe nationale allemande ne sont que quelques-unes de ses réalisations à ce jour. Mais maintenant, Nic a réalisé quelque chose qu'un seul joueur allemand a réussi à faire au cours des dix dernières années. Grâce à ses performances ludiques, il s'est taillé une place dans une véritable équipe professionnelle américaine dans la plus haute ligue américaine, la NXL.

Cette année, il renforcera l'équipe des Hurricanes de la Nouvelle-Orléans et partira à la chasse aux points aux côtés des pros américains expérimentés. Nic fait régulièrement des allers-retours entre l'Allemagne et les USA pour concilier formation, NXL, NXL Europe et championnat belge. Parallèlement, il travaille toujours comme joueur-entraîneur pour l'équipe DPL Bundesliga FightClub Frankfurt. Ceci est rendu possible par de nombreux sponsors de l'industrie, tels que Paintfarm Lerchenhof, 2DIE4 Sports et TeBeHa Textildruck Handewitt, ainsi que par un ou deux particuliers.

Nous avons rencontré Nic pour une interview et voulions savoir ce que ça faisait de jouer avec une équipe professionnelle américaine. Le résultat est un aperçu intéressant de l'entraînement quotidien et des processus du cirque des tournois américains, que l'on obtiendrait normalement en tant qu'étranger.pas si facile à obtenir.

 

PBS Magazine : Nic, tout d'abord, merci beaucoup d'avoir pris le temps de cette interview aujourd'hui. Commençons par la première question. Comment en êtes-vous arrivé à jouer dans une équipe professionnelle NXL comme les Hurricanes de la Nouvelle-Orléans cette année ?

Nic Rippel : Tout d'abord, merci pour l'invitation, je suis heureux d'avoir l'opportunité de raconter mon histoire ici. En fait, cela a toujours été mon rêve, mais je n’ai jamais vraiment osé faire le pas vers l’Amérique. La saison 2022 avec Breakout Spa a été très réussie. Ce succès est également dû à notre entraîneur Kevin "SK" Bredthauer, qui entraîne non seulement Breakout Spa, mais également aucune autre équipe que la San Diego Dynasty. Il est même devenu Entraîneur de l’année 2022. Kevin a dit que j'avais ce qu'il fallait pour jouer en Amérique. C’est quand même un grand pas. J’ai eu l’occasion d’avoir un aperçu de tout cela lors de la Coupe du monde 2022. C'est là que j'ai pu faire mes premiers pas avec les Lucky 15 d'Angleterre sur la plus grande scène du paintball, le NXL Pro Tour aux USA.

J'ai goûté au sang, non seulement parce que c'était très amusant, mais aussi parce que j'ai réalisé que je pouvais suivre le rythme. Cela m'a finalement convaincu de l'essayer. La saison 2022 était terminée et les premières équipes ont annoncé les essais. Les Hurricanes de la Nouvelle-Orléans aussi. Mon mentor Oli Bernhardt a attiré mon attention sur ce point et l'idée était dans ma tête. Quand un ami de FightClub m'a dit "tu as vu ça ?" et que j'ai dit "volons là-bas ensemble" juste pour m'amuser, c'était décidé. Ce plaisir est devenu sérieux et Tobi et moi avons pris l'avion pour la Nouvelle-Orléans en janvier.

PBS Magazine : Nic, tu parles de l'essai. Il y a quelque chose comme ça ici avec l'une ou l'autre équipe, mais nous supposons que c'est complètement différent aux États-Unis avec les professionnels. Dites-moi…

Nic Rippel : L'essai, d'ailleurs seulement le deuxième de ma carrière et puis quelque chose comme ça.

Nous nous sommes d’abord inscrits en ligne et avons attendu des commentaires. Mais ce n'est pas venu. Tobi et moi avons pensé qu'ils ne se sentaient peut-être pas comme des Européens, ou que c'était trop d'efforts pour eux. Mais non, au contraire, les Hurricanes étaient très heureux que deux joueurs veuillent venir d'Allemagne et comme c'était une sélection ouverte, tout le monde pouvait y participer. Peu de temps après, nous avons également reçu un e-mail de Stuart Ridgel, le capitaine de l'équipe des Hurricanes, qui contenait non seulement la routine quotidienne des deux journées d'essai, mais aussi huit pages entières d'appels que nous avions dû apprendre jusqu'alors. Ainsi dit et fait, vol réservé et départ pour l’Amérique. Fatigués, brisés, nerveux et la tête pleine de désignations de couverture et d'appels que nous n'avions jamais entendus auparavant, nous sommes arrivés sur le terrain. Nous avons d'abord salué tout le monde, changé de vêtements et nous sommes préparés, car cela devait commencer tout de suite.

60 personnes se sont inscrites, 40 se sont finalement présentées et elles cherchaient exactement UNE. C'est du moins ce qu'on nous a dit lors de la série de présentations.

Après un échauffement ensemble, cela a tout de suite commencé avec du 1 contre 1, suivi du 3 contre 3. Une petite pause pour remplir les pots et les exercices ont continué. Parfait! Exactement le genre d'exercices que Tobi et moi avons entraînés à la ferme de peinture tout l'hiver : courir et tirer, courir en zigzag avec changement de main et courir dans l'arène avec changement de main. Tant mieux pour nous, nous avons pu marquer des points. Mais cela a continué en opposant différentes couvertures les unes aux autres, "le gagnant reste dedans", car ils voulaient voir qui restait à la fin. Serpent, Can et Dorito. J'ai commencé dans le serpent et ça s'est parfaitement passé, terminant tout de suite premier. Malheureusement, ça ne s'est pas très bien passé en Can, car il y avait un jeune joueur de New York qui était tout simplement super fort et j'ai donc terminé deuxième. Alors montrez ce que je peux faire à nouveau à la troisième station du Dorito. Ce n'est pas ma couverture habituelle, mais ça s'est bien passé et à la fin j'étais à nouveau premier. Puis vint l’heure de la pause déjeuner. Après la pause, les équipes se sont constituées et finalement le paintball 5 contre 5 a vraiment démarré. Tout s'est bien passé et après dix points, la première journée d'essais était terminée.

Jour 2 : En arrivant sur le terrain le matin, nous avons tout de suite remarqué qu'il y avait soudainement beaucoup moins de joueurs. Ce que nous n'avions pas réalisé, c'est qu'une réduction avait été effectuée après le premier jour et qu'il ne restait plus que 15 participants. Tant mieux pour nous, nous étions toujours là. Suivant le même principe que la veille, nous nous sommes échauffés puis avons rejoué des 1 contre 1. Les 15 autres ont été répartis en trois équipes de cinq joueurs. Nous avons donc alterné avec quatre équipes et joué quelques points. Entre autres, contre l’actuelle Pro Squad des Hurricanes. Un dernier cut a été effectué pendant la pause déjeuner, de sorte qu'il restait six joueurs. Cinq autres et le vôtre sincèrement. Nous avons ensuite joué plus de matchs ensemble contre l’équipe A des Hurricanes de la Nouvelle-Orléans. Le moment que j’attendais et pour lequel j’avais travaillé si dur était là. Cela n'aurait pas pu se passer mieux. Je me suis frayé un chemin jusqu'au serpent, j'ai rampé à travers, j'ai tiré sur mon adversaire direct sur la ligne, puis j'ai tiré sur deux autres sur le côté, pointé au-dessus. L'entraîneur Mike Bianca et Stuart m'ont alors appelé et m'ont simplement dit : « Vous pouvez changer. "Vous êtes en tête de liste. Vous avez la place. » furent les derniers mots. Je l'ai fait!!!

Magazine PBS : Félicitations. Pouvez-vous nous parler un peu de l’entraînement quotidien ? Est-ce que cela fonctionne différemment aux États-Unis et ici en Europe ? Si oui, quelles sont les différences et particularités ?

Nic Rippel : La routine d'entraînement quotidienne est assez similaire : changement de vêtements, lecture sur le terrain, échauffement, exercices en petits groupes et jeux. Mais la première chose qui m'a frappé, c'est la préparation. Non seulement un plan d'entraînement précis avec des horaires où tout était planifié à la seconde près était connu des semaines à l'avance. Non! Le soir de la sortie du tracé, quelqu'un a spécialement installé le nouveau tracé sur le terrain et a réalisé des vidéos de prises de vue. Une réunion zoom a également eu lieu dans la soirée (la nuit pour moi) où nous avons discuté du layout, défini les désignations et fait une visite virtuelle de GunsUp. Je n'ai jamais vécu cela ici auparavant.

PBS Magazin : Comment se déroulent les journées et événements d’entraînement et de match ? À quelle fréquence voyagez-vous vers les États-Unis et combien de temps y restez-vous ?

Nic Rippel : Cette année, il y a quelque chose de nouveau aux USA. La mise en page ne sera publiée qu'une semaine avant l'événement. Cela fait bien sûr mon jeu, donc il suffit que je survole le week-end précédant le tournoi pour m'entraîner au tracé. Comme toujours, je m'entraîne trois fois par semaine ici en Allemagne, si possible à la ferme de peinture, puis je prends l'avion pour un entraînement de tracé le week-end précédant l'événement. J'y resterai toute la semaine, car jeudi c'est le premier entraînement de l'événement. Ce processus sera similaire pour moi lors des cinq événements NXL. Comme je l'ai dit, le processus de formation est en fait le même que celui que je connais d'ici, mais il y a beaucoup plus de personnes derrière lui. Nous avons donc un entraîneur-chef et au moins un, généralement deux assistants, également présents lors du tournoi.

PBS Magazin : Comment financez-vous tous ces voyages et votre séjour aux USA ? En tant que joueur des Hurricanes de la Nouvelle-Orléans, êtes-vous payé ou recevez-vous d'autres avantages ?

Nic Rippel : Les Hurricanes sont encore une équipe relativement nouvelle dans la division professionnelle et ont donc un budget plus petit que d'autres équipes professionnelles comme le Heat ou l'Impact. De plus, il n’y a pas de riche propriétaire derrière cela. C'est pourquoi tout cela ne serait pas possible pour moi à ce point sans les sponsors mentionnés ci-dessus. Merci encore à tous les sponsors ici !

PBS Magazin : Vous reverrons-nous également sur le terrain en Allemagne et en Europe cette année ? Si oui, quand et où ?

Nick Rippel : Bien sûr. Malheureusement, ce n'est pas si fréquent en Allemagne, car de nombreux tournois chevauchent l'entraînement avant l'événement ou les événements eux-mêmes. Néanmoins, je joue à la série complète NXL Europe avec Breakout Spa, la Ligue Belge (ubpl), la Ligue Polonaise et le DPL est également prévu. J'aimerais également représenter l'Allemagne cette année encore en France avec l'équipe nationale. Donc beaucoup de paintball est dans mon plan.

C'était notre grande interview avec Nic Rippel. Nous aimerions profiter de cette occasion pour vous féliciter à nouveau pour votre entrée dans la ligue professionnelle et vous remercier pour vos nombreuses idées et informations passionnantes. L'histoire de Nic montre que le travail acharné au paintball en vaut toujours la peine et que l'on peut passer de l'Allemagne à la meilleure ligue mondiale aux États-Unis. Il suffit de le vouloir et de s’entraîner dur tous les jours. Nous souhaitons à Nic beaucoup de succès pour la saison à venir avec les Hurricanes de la Nouvelle-Orléans et suivrons bien sûr son parcours de très près et avec beaucoup d'intérêt pour vous et en temps voulu.rapporter plus loin.

Warteliste beitreten Wir werden Sie informieren, wenn das Produkt auf Lager ist. Bitte hinterlassen Sie unten Ihre gültige E-Mail-Adresse.